La 8ème programmation à lieu du 1ér au 4 juin 2017
Les concerts se déroulent dans la cour des anciennes écoles
Place de la mairie
Début des concerts à 21h
 


Jeudi 1ér juin - gratuit
Certains l'aiment chaud


 
L'orchestre CERTAINS L'AIMENT CHAUD fondé en 1983 par Kiki Desplat et Claude Jeantet, est aujourd'hui le seul orchestre féminin de jazz traditionnel sur la scène internationale. Avec un clin d'œil au film Certains L'Aiment Chaud ("Some Like It Hot") de Billy Wilder, prouver que le jazz n'était pas seulement une affaire d'hommes et lui apporter une sensibilité particulière fut un pari de l'orchestre dès sa création, avant de devenir une évidence.
Faire partager les trésors du jazz des années 20, ces cinq talentueuses musiciennes le font au fil des concerts, avec un plaisir complice. CERTAINS L'AIMENT CHAUD se produit lors de nombreux concerts et festivals en France et à l'étranger.
L’orchestre choisi son répertoire parmi les plus beaux thèmes de cette période d'intense activité artistique que sont les années 1920: des blues, des rags, des stomps se mêlent aux chansons de l'époque. Le style de Certains L'Aiment Chaud reste fidèle à celui des orchestres de Jelly Roll Morton, Fats Waller, Duke Ellington, Louis Armstrong, Bix Beiderbecke... L'improvisation se construit en solo ou en "collective" dans un cadre structuré où la mélodie est reine. Le swing se distille ici avec esprit, combinaison d'une délicatesse toute féminine et d'un enthousiasme décontracté et communicatif. Le "son" de CERTAINS L'AIMENT CHAUD est parfaitement reconnaissable grâce aux arrangements signés Kiki Desplat, leader de l'orchestre et cornettiste de renom.
Ambiance haute en couleur et mise en valeur des qualités de chaque musicienne: Le cornet à la Bix Beiderbecke de Kiki et sa voix bluesy dans la lignée de Bessie Smith, la sonorité onctueuse de la clarinette basse de Sylvette, le jeu dynamique de Nathalie au banjo, les envolées lyriques de Claude au soubassophone, le swing communicatif de Cajoune au washboard.
 Les chants en duo ou trio rappellent les groupes vocaux de l'époque et ajoutent au charme incontestable de cet orchestre original, pour le bonheur d'un large public.


 
Composition de l’orchestre :
Kiki Desplat: cornet, chant
Sylvette Claudet: clarinette, clarinette basse, chant
Nathalie Renault: banjo, chant
Claude Jeantet: soubassophone, chant
Catherine "Cajoune" Girard: washboard, chant
 

Vendredi 2 juin - gratuit

Caroline Jazz Band
"Hey Pop's" - hommage à Louis ARMSTRONG


Depuis plus de vingt cinq ans, le caroline Jazz Band de Montpellier partage sa passion du jazz avec humour et joie de vivre et offre à son public un chaleureux moment de bonheur et de musique.
Le Caroline Jazz Band, c'est aussi un quart de siècle d'expérience et des milliers de concerts, de fêtes et de festivals, d'animations en fanfare, de célébrations de mariage, d'anniversaire ou de baptêmes, d'inaugurations et de pique-niques.
Un répertoire fruité, à la croisée du Swing, du Blues, du Funk, de la Biguine, du Rockn' Roll, de la musique de la Nouvelle Orléans d'hier et d'aujourd'hui. Les arrangements sont maison !

 
Un hommage à Louis ARMSTRONG intitulé « Hey Pops ! »
L’arrivée de Gilles Berthenet à Montpellier, et au sein du CJB, est à l’origine de ce tout nouveau projet. Il se nourrit
d’oeuvres immortalisées par l’interprétation de Louis Armstrong, mais aussi de ses propres compositions - plus nombreuses qu’on ne le croit - sans contrainte liée à une époque particulière.
Le propos n’est pas de copier le style du maître, mais plutôt de témoigner de sa contribution immense en tant que créateur.
Le Caroline Jazz Band, c'est l'équilibre idéal de la vitalité et du savoir faire…

 
Composition de l'orchestre :
Gilles Berthenet : trompette
Francis Guero : trombone
Henri Donnadieu : sax ténor, clarinette
Yves Buffetrille : contrebasse, sousaphone
Michel Mozet : batterie
Bruno Brau : guitare, banjo
 

Samedi 3 juin - 15€*
Soirée de gala
Jean Jacques MILTEAU "Soul and Blues" 5tet
 

La littérature publiée sur son compte comme les pages le concernant qui fleurissent sur Internet sont unanimes: Jean-Jacques Milteau, pape incontesté de l’harmonica de ce côté-ci de l’Atlantique, est un musicien que le monde entier semble nous envier. À son actif, une technique époustouflante et une inventivité sans borne qui le voient naviguer dans les univers les plus éclectiques, valsant allégrement du blues à la country, des rythmes sud-africains aux mélodies celtiques.
Sa virtuosité est éblouissante, mais limiter ses qualités à celles d’un Paganini du diatonique serait réducteur. Ici comme là, ni envolées gratuites, ni effets de manches, mais une émotion pure, habitée, sensible; au passage, Milteau dévoile sa véritable personnalité, celle d’un créateur attentif qui retranscrit dans son univers les impressions rapportées de ses voyages et de ses rêves.

Né à Paris en 1950 dans une famille modeste, Milteau traverse les «rocking 60’s» en parcourant la planète, armé d’un harmonica acheté après avoir entendu quelques bluesmen obscurs, mais inspirés. D’emblée, l’instrument convient au voyageur comme à l’autodidacte et il n’a qu’à s’en féliciter quelques décennies plus tard : le « ruine babines » lui a bien rendu son affection puisqu’il l’a conduit du Cercle Polaire Arctique jusqu’à l’Afrique du Sud, de Shanghai à la Havane, et même sur la scène de l’Opéra de Paris.

Après avoir longtemps saupoudré de notes bleues les enregistrements du gotha de la chanson française (Eddy Mitchell, Yves Montand, Jean-Jacques Goldman, Gabriel Yared, Barbara, Maxime Le Forestier…), Milteau s’est lancé depuis les années 1990 dans une multitude de voyages exploratoires. Initié à la musique par le blues, il intègre à son art des influences plus diverses encore, souvenirs de voyages réels ou imaginés, des pubs d’Irlande aux « Fais-dodo » de Louisiane, de la savane Zoulou au cinéma de quartier, de Berlin à Saint-Ouen, sans oublier Memphis où il gravait en 2001 un album éponyme récompensé par une Victoire de la Musique.

Dans le sillage de « Memphis », « Blue 3rd », « Fragile » et « Live, Hot n’Blue », sur lesquels on peut l’écouter dialoguer avec Little Milton, Gil Scott-Heron, Terry Callier, ou Michelle Shocked, JJ reste irrémédiablement fidèle à la musique afro-américaine — même si le blues ne peut résumer à lui seul la démarche créative d’un artiste ouvert sur le monde et curieux de la diversité humaine. Intéressé par toutes les expériences, le premier des harmonicistes européens n’est pas uniquement le technicien que l’on croit. Derrière sa virtuosité, Milteau cache une très belle âme musicale; dans l’univers de la musique noire, on appelle ça la « soul »…
 
Une superbe soirée nous attend

*Billetterie ouverte dés le lundi 17 avril au 04.90.83.66.47, ne ratez surtout pas ce moment !


 
Composition de l'orchestre
Jean Jacques Milteau : harmonicas
Manu Galvin : guitares
Michael Robinson : voix
Gilles Michel : basse
Eric Lafont : batterie

Dimanche 4 juin - gratuit

Robeurt Féneck et le "Mad in Swing" Band



Toute les bonnes choses ont une fin, mais alors là, quelle fin... !

 
Tantôt maitre de cérémonie déluré façon Cab Calloway, parfois chanteur de charme (qui rend à la langue de Goethe ses lettres de noblesse en matière de séduction) ou enterteiner Frenchy pour Big Band dans la lignée d’Henry Salvador, personnage fantasque revisitant la chanson française, Robeurt Féneck sort tout droit des fumeries d’opium des années folles.

Son orchestre « Mad in Swing » (10 musiciens sur scène) excelle dans la parodie et arbore presque tous le styles de jazz, du swing bien sûr, au cool jazz (à noter la mise en sauce de François Biensan (trompettiste-arrangeur) qui fait particulièrement bien swinger la variété des années 1970/80), jusqu’à la musique cubaine ou au gospel type New Orleans. Car oui, Robeurt Féneck, dandy séducteur sait ce qui plait aux Dames…

Un spectacle qui mettra tout le monde d’accord, le pantacourt ne s’est jamais aussi bien porté.


Une soirée à NE SURTOUT PAS MANQUER !
 
Composition de l'orchestre
Trompette et arragements : François Biensan
Trombone : Pierre Guicquéro
Saxophones, flûte, clarinette : Pierre Louis "Pilou" Cas, Philippe Chagne
Piano : César Pastre
Contrebasse : Patricia Lebeugle
Guitare : Nicolas Peslier
Percussions : Jean Philippe "Fifi" Naeder
Batterie : Robert Ménière
Dandy séducteur : Robeurt Fénéck (Stéphane Roger)



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement